Archive | Maintenance RSS for this section

Cyclades 2017 premières navs’

Après 5 mois hors de l’eau pour un grand carénage qu’il est bon de naviguer à nouveau dans les Cyclades, un des plus beau bassin de navigation au monde.
Météo un peu capricieuse pour ces premières sorties, du soleil, du vent mais aussi un peu de pluie et de la houle. L’été s’installe doucement en Mer Égée.

 

Une fois à terre en route pour la découverte de la gastronomie Grecque (parce que naviguer ça creuse !)

Les tavernes des escales sont l’occasion de partager des mezzés (les tapas grecs) et quelques verres d’ouzo.

 

Un voilier réclame beaucoup de temps et d’amour, les bateaux aiment qu’on s’occupent d’eux. Alors même en navigation on profite d’une journée de relâche à Iraklia pour nourrir les bois et faire briller les planchers du carré. Ça sent bon la cire d’abeille !

 

Agadir 2013 épilogue

Derniers jours sur la route d’Agadir à bord de Wanda. Cabotage ibérique de Benicarlo à Benidorm. Une voile éclatée, du bricolage, du rire, de la navigation, des mouillages et de la musique.

Bye bye Agadir

Génois explosé, grand voile déchirée, c’est le bilan d’un gros coup de vent imprévu qui nous a surprit, heureusement tout près des côtes, un peu au nord d’Alicante. On a dû se réfugier en urgence dans la minuscule marina de Benidorm. Prévu pour des embarcations de 8m maxi les 11m de Wanda lui donne des allures de géant dans un monde de lilliputiens.

Ce port minuscule nous protège à peine, la seule « place » possible pour Wanda étant le quai en béton de la station service, juste à l’entrée du port. Avec ces mauvais vents et la houle qui les accompagne on a passé deux assez mauvaises nuits à devoir régulièrement rectifier amarres et pare-battages.

Lire la Suite…

Derniers préparatifs …

Les haubans sont tendus, les batteries chargées à bloc, les winchs graissés … Et on a fait les courses. Bref, ça sent le départ !

Remise à l’eau de Wanda

Après plusieurs semaines en cale-sèche Wanda est à nouveau à flot. C’est un moment charnière : Le début d’une nouvelle étape du voyage et la fin d’un séjour à sec en en zone de carène qui restera longtemps gravé dans ma mémoire.

Bien sûr j’ai été frustré de ne pas pouvoir naviguer, mais cette longue période dans une zone de Port-Leucate plus passante et emplie d’activité m’a permit de découvrir la vie d’un port autrement qu’au quai. Bien sûr je me souviendrais confusément des dizaines de bateaux passés par la zone de carène, de la barge à huître à la goélette de 20m . De ces dizaines de conversations tournant toutes, de près ou de loin, autour des bateaux et histoires de mer. Mais il y a aussi le ballet hebdomadaire des mécaniciens du port dans leurs voitures ateliers, les chariots et voiturettes de la capitainerie et  les allées et venues de grues de levage hautes de quatre étages.

Lire la Suite…