Tabarly : vie et destin d’un marin d’exception

L’histoire d’un homme simple et de de sa vie dédiée à la voile, aux voiliers et à la mer. Si Eric Tabarly se refusait d’être un homme à messages, il demeure pour toujours un exemple et une légende.
Le film de Pierre Marcel évoque le parcours hors norme du marin et son extrême sensibilité. La narration est d’Éric Tabarly lui même. Les images sont à coupé le souffle, à la hauteur de ce destin d’exception.

S’appuyant sur une documentation unique d’archives radiophoniques et audiovisuelles, françaises et étrangères, professionnelles et amateurs, inédites pour la plupart, ce film-documentaire nous fait revivre les courses au large, les arrivées discrètes ou triomphales, en solitaire ou en équipage, au long des 35 années de suprématie des Pen Duick sur toutes les mers du monde.

Éric Tabarly est un navigateur français, né le 24 juillet 1931 à Nantes – mort le 13 juin 1998 à la suite d’une chute à la mer. Officier marinier pilote de l’aéronautique navale, puis officier de marine jusqu’au grade de capitaine de vaisseau, il se passionne très tôt pour la course au large et remporte plusieurs courses océaniques notamment l’Ostar en 1964 et 1976, mettant fin à la domination anglaise dans cette spécialité. Il forme toute une génération de coureurs océaniques et contribue par ses victoires au développement des activités nautiques en Bretagne et en France. Bien qu’amateur de vieilles coques en bois, il joue également un rôle de pionnier dans le développement du multicoques en concevant son trimaran Pen Duick IV (1968), un des tout premiers multicoques de course au large, ouvrant la voie à la suprématie de ce type de bateau sur les monocoques.

En savoir plus

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 responses to “Tabarly : vie et destin d’un marin d’exception”

  1. Fischer Marco says :

    Du coup j’ai fait une recherche sur Pen Duick… Réellement impressionnant comme bateau ! (en attendant de visualiser le film !)

    • Érik le Rouge says :

      Il y en a eu 6 des Pen Duick, tous avec des personnalités et caractéristiques très différentes, seul le 5e n’a pas appartenu à Tabarly même s’il en a été le concepteur et seul skipper.
      Mais le tout premier, qui était le bateau de son père, restera le bateau de son destin, de sa vie … et de sa mort aussi puisque c’est du pont de Pen Duick 1 qu’il est tombé à l’eau en mer d’Irlande en juin 98.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Clan Bizailes

CoC finest

The City of Blinding Lights

"Neon heart day-glow eyes, A city lit by fireflies"

%d blogueurs aiment cette page :