Archive | février 2013

Gorille dans la brume

Casier à crabes

Oto actionne la barre de son crépitement nerveux. Teuf-teuf ronronne gentiment à 2500 tours, consommant à peine plus de deux litres de diesel à l’heure. On file plus de 6 nœuds sur cette mer toute plate.
Mère Nature semble accueillir favorablement ma décision de rebrousser chemin : Trois jours d’une pétole tiède et brumeuse, façon mer des Sargasses. Comme un écrin de coton confortable au creux de l’hiver ibérique.
Aurais-je eu un génois qu’il ne servirait à rien, même pas la peine de hisser la grand-voile, surtout avec son petit accroc.

Quitte à consommer plus d’hydrocarbure que je ne le souhaiterai j’ai amélioré mes conditions de vie à bord : Un petit convertisseur 12/220V me permet de charger l’ordinateur ou faire des soudures. Lorsque les batteries sont pleines j’ai quelques heures d’autonomie, mais quand le soleil tape fort ou que le moteur tourne c’est presque sans limite, vivement que l’éolienne soit installée !Si proche des côtes la 3G fonctionne et je brise l’ennuie d’une veille de plus de 10h en surfant sur Internet.
Lire la Suite…

Agadir 2013 épilogue

Derniers jours sur la route d’Agadir à bord de Wanda. Cabotage ibérique de Benicarlo à Benidorm. Une voile éclatée, du bricolage, du rire, de la navigation, des mouillages et de la musique.

Bye bye Agadir

Wanda et son génois en torche @Benidorm

Génois explosé, grand voile déchirée, c’est le bilan d’un gros coup de vent imprévu qui nous a surprit, heureusement tout près des côtes, un peu au nord d’Alicante. On a dû se réfugier en urgence dans la minuscule marina de Benidorm. Prévu pour des embarcations de 8m maxi les 11m de Wanda lui donne des allures de géant dans un monde de lilliputiens.

Ce port minuscule nous protège à peine, la seule "place" possible pour Wanda étant le quai en béton de la station service, juste à l’entrée du port. Avec ces mauvais vents et la houle qui les accompagne on a passé deux assez mauvaises nuits à devoir régulièrement rectifier amarres et pare-battages.

Lire la Suite…

Voir Benicarló et mourir !

Notre vie sur les eaux de la Méditerranée entre le Golfo de la Ampola et Benicarló marina le 5 février 2013.
Des vents violents et quelques réparations nous forcent à faire une escale involontaire et impromptue dans la petite ville de Benicarló. On y aurait pas été spontanément mais le port est très bien tenu, les gens sont adorables et on est à l’abri : Tout va bien !

Version longue

Viva Barcelona !

20130201_121832

Après 3 jours passés sur l’eau nous voilà arrivé à Barcelone. La douceur du climat de la ville contraste avec le froid ressentie parfois pendant la nav’. Amarré à Port Vell on profite une dernière fois de ce super endroit. Je dis une dernière fois car le port est e travaux et va se transformer : Seuls les grands yatchs pourrons désormais y séjourner, les navires de plaisance comme Wanda seront désormais contraint d’aller à Port Olympic.

Barcelone est, comme toujours à la hauteur, énergique, cosmopolite et trépidante. Impossible de s’ennuyer dans une ville comme celle-ci ! On va donc profiter d’une immersion urbaine pendant quelques jours avant de quitter le monde des hommes et reprendre notre route au sud à la grâce de Mère Nature.

The City of Blinding Lights

"Neon heart day-glow eyes, A city lit by fireflies"

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.